Les hommes de l'ombre : Baptiste Caillard

Cette année, un vent de fraîcheur a soufflé sur l’équipe. Avec l’arrivée d’un nouveau directeur sportif, entraîneur et assistant. Le pari de revoir toute l’organisation du staff a été payant ! Cette saison dépasse toutes les attentes, tous les engrenages ont bien fonctionné et nous en sommes vraiment ravis. Aujourd’hui nous vous invitons à connaître un peu plus, un de nos hommes de l’ombre, notre entraineur : Baptiste Caillard.



Comment t'est venu l’envie d’être entraîneur ?


Lorsque j’étais coureur, un des dirigeants de mon club a fait beaucoup pour moi. Pratiquer à ses côtés a été très formateur que ce soit au niveau cyclisme mais aussi au niveau humain. Après avoir été Juniors, j’ai donné un peu moins de priorité à la compétition et j’ai donc utilisé ce temps pour encadrer avec lui. J’ai fait beaucoup de courses à ses côtés pour le club et pour le comité départemental. Essayer de transmettre mes connaissances et former des jeunes est quelque chose qui me plaît vraiment.


Avant d’intégrer le staff du Vendée U tu étais entraîneur chez les pros avec l'équipe Delko, comment as-tu vécu cette expérience ?


L’expérience chez DELKO était complètement différente de ce que je fais aujourd’hui. Mais elle a été très formatrice pour moi. Je suis arrivé dans un projet qui devait grandir rapidement. Pour cela, nous avons dû réfléchir, tester et mettre en place beaucoup de choses dans le but d’optimiser la performance dans son ensemble (entrainement, matériel, gestion, nutrition, etc…) et cela en peu de temps. J’ai donc pu toucher à beaucoup de choses, mais je garde le sentiment de ne pas avoir pu aller au bout de ce que nous avions commencé à entreprendre.


Pourquoi as-tu décidé de venir au Vendée U ?


L’équipe DELKO a eu beaucoup de problèmes financiers et a dû licencier du staff et des coureurs avant de s’arrêter définitivement cet hiver. Après cette expérience, j’ai pris le temps de me poser et de réfléchir à ce qui m’avais plu et ce qui m’avais moins plu. Le constat a été que je serai plus épanoui dans une structure à taille humaine, qui soit malléable au changement et dans lequel les coureurs aient une vraie envie d’apprendre.

Coup de chance, c’est le cas chez Vendée U.


Comment se déroule une journée type en tant qu’entraîneur ?


Les journées d’entraineur sont vraiment très variées en fonction de la période et des endroits dans lesquels je me trouve. L’objectif est de mener à bien les missions qui sont les miennes. C’est-à-dire suivi d’athlète, scooting, Bike fiting, gestion des stages d’entrainement. Je gère donc mon temps comme je le veux.

Lorsque je suis chez moi, j’utilise souvent le matin pour analyser et faire des retours sur les séances passées puis en fonction, je planifie les prochains cycles d’entrainements des coureurs. J'utilise l'après-midi pour faire du scooting, mise en place d’outil, ou la garde libre pour moi. En fin de journée, les coureurs finissent les cours ou reviennent de leurs séances d’entraînements. J’utilise donc ce temps pour discuter avec eux de leurs objectifs, clarifier les séances et leurs retours. Quand nous sommes en stage, j’effectue les suivis des séances sur le terrain, les analyses, débriefing et briefing.


Quels sont les développements que tu as apportés à l’équipe depuis ton arrivée, et ceux que tu veux mettre en place pour les prochaines années ?


L’équipe (coureurs et staffs) a beaucoup changé cet hiver. La réussite vient principalement du fait que malgré beaucoup de renouveau, toute l’équipe travaille dans la même direction. De mon côté j’ai essayé de transmettre les connaissances que j’ai dans la gestion du CLM et la nutrition.


J’aimerais à court terme continuer à prendre plus de temps en petit groupe sur des thèmes spécifiques. Dans le but de toujours aller plus loin dans l’humain et dans la formation.

J’aimerais aussi pouvoir prendre plus de temps pour aller encore plus loin dans la recherche d’optimisation de la position et dans le profilage de l’athlète.